Marches en 2000

Tellin

Les Sauvages se retrouvent dans le centre caractéristique de Tellin avec son église imposante au centre du village. Bruno, notre guide du jour nous emmène dans un parcours forestier commençant par des chemins humides. Par le fond des Revans, nous arrivons à proximité de la réserve naturelle du Pré des Forges et à l’ancien moulin de Mirwart. C’est par un chemin abrupt, nous arrivons au village. Pour midi, le guide nous a réservé des tables que la patronne a garnies de couvert. Quel luxe pour les Sauvages que nous sommes ! Après le pique-nique, on reprend encore de l’altitude pour une vue imprenable sur le château. La balade se poursuit, toujours par des chemins pittoresques jusque Tellin.

2000 09 b tellin

Houyet

2000 10 es houyet

Les Sauvages se retrouvent à la gare de Houyet. Le temps est automnal, brumeux, et la température est agréable. Nous nous engageons directement dans un sentier qui monte, qui monte, doucement, sûrement… et longtemps. Au sommet, nous quittons le bois, et c’est une vue dégagée qui s’ouvre à nos yeux. Au village de Wiesmes, la faim et la soif nous tiraillent, mais au grand dam de certains, nous ne trouvons pas de bistrot ouvert. À travers bois, nous remontons pour découvrir ce pays aux innombrables cuestas. Une descente vers Martouzin, et encore un remontée. À travers bois et prairies, nous arrivons aux imposantes murailles du domaine Saint-Pierre. Nous regagnons Beauraing d’où un tortillard nous ramène à Houyet.

Notre 24ème week-end fagnard : nous redescendons dans les « Vallons »

2000 b

Week-end du 11 novembre à l’hôtel « Les Vallons ».
À cette occasion Bernard prononce un speech :
En wallon :
Commandator Mathieu,
Vos n’avoz nin spaurgnî vos pwinnes
Po nos-adjamaner dès vacances :
Dès bias toûrs véci one samwinne,
One bonne fauve po r’pache lès-aspanses.

Quinze djins, vinûwes di tos costés
Et qu’on passé on fil moment
Ont tûzi à on r’mèrcîyement :
Il cadau qui dj’vos va donner.

La traduction française du speech de Bernard :
Tu n’as pas épargné tes peines
Pour nous arranger des vacances :
De belles balades ici en semaine,
Une bonne table pour repaître les goulas.

Quinze personnes, venues de partout
Et qui ont passé un moment fort
Ont pensé à un remerciement :
Le cadeau que je vais te donner.

10 novembre : Accueil très sympa à l’hôtel de Bévercé. Repas simple mais délicieux.
11 novembre : La balade débute à la ferme Libert. Au bas des Planeresses, on franchit l’Eau Rouge sur des caillebotis. Nous évitons le ru des Chôdières pour remonter le Tarnion. Après un parcours très sauvage du côté de Cothay et de Regnery-Champs, nous arrivons à Hockai où nous cassons la croute dans un bistrot. L’après-midi, nous longeons d’aborde la tranchée de l’ancien chemin de fer, puis nous descendons vers le pont du Centenaire. Nous entamons la balade de la Hoëgne où pont et caillebotis nous prive d’un parcours sauvage. Heureusement, il reste la rude montée vers le belvédère. On traverse la Vecquée, passons par le Trou du Loup jusqu’à la croix de Rondchêne. On descend Moupa et par la tangente, nous retrouvons la ferme Libert. Le soir, repas copieux : potage, rôti de porc, légumes divers… et glace.
12 novembre : Illico, Christine nous emmène dans l’incomparable vallée du Trôs Marets. Nous longeons la fagne du Fraineux et les vestiges de la cabane du Négus. Par la fagne du Setay, on atteint l’escarpement de Beyleu. À la baraque Michel, on se délecte de la soupe maison. L’après-midi, on repart par Herbofaye et la Poulète.On contourne Fraineux, puis Christine, au travers des marais et la forêt, nous amène au bas des Planeresses. Il est temps de retourner aux voitures.
En deux jours, nous avons parcouru un peu plus de 50km par un temps superbe le premier jour et un temps très acceptable de second. Tous semblent ravis de l’aventure !

2000 11 m fagnes
2000 11 j fagnes
2000 11 q fagnes
2000 11 h fagnes

Yvoir

2000 11 t yvoir

Bernard nous raconte la balade. Les Sauvages quittent Yvoir en direction de Dinant. Nous entamons, à la station désaffectée de Houx-sous-Poilvache, la très rude montée vers la forteresse de Poilvache. Au sommet, nous contemplons les ruines et la vue sur la Meuse. Nous nous dirigeons vers la chapelle de Notre-Dame de la Salette, ultime spectacle avant l’arrivée à Purnode. La brasserie du Bocq nous accepte et nous propose ses spécialités. Lorsque nous sortons, la pluie nous réveille en fouettant nos visages, heureusement, de courte durée. La descente jusqu’au Bocq par le bois du Sergent est très « Randonnée Sauvage » ! Gravissant l’autre versant, nous découvrons les ouvrages d’art, viaduc et tunnel de l’ancienne ligne ferroviaire Ciney-Yvoir. Notre monté continue par Herbois. Par un chemin très boueux à travers le bois des Loges, nous descendons jusque Bauche. Une halte s’impose, car il va falloir gravir le tienne du Taureau jusqu’à Evrehailles. Par les bois Wyame et Launois, on rejoint in fine les hauteurs d’Yvoir.
Bernard améliore nos connaissances par un post-scriptum. Nous avons marché sur les terres de deux grand écrivains wallons (écrivant en wallon) : Anatole Marchal Durnal, 1901-1966) et Auguste Laloux (Dorinne, 1906-1976).

Nismes

Christine prend la plume. Au départ de Nismes, Dominique nous a comblés ! Temps frais mais ensoleillé, parcours magnifique avec tous les ingrédients pour une belle balade : montées, descentes, paysages grandioses… bref, merci Dominique ! D’emblée nous gravissons une belle côte pour quitter la vallée du Viroin et découvrir le Fondry des Chiens. Des grottes en plein air ! Certains y descendent et y retrouve le caractère sauvage du groupe. Après cet intermède, nous arrivons à la Roche-aux-Faucons. C’est par une superbe descente que nous arrivons à Olloy-sur-Viroin, où le café Raoul nous accueille pour le pique-nique. Pour notre digestion nous débutons par une superbe montée dans les bois vers la Croix Sauvage. En bons Sauvages, nous la recherchons à travers ronces et chablis ! Nous partons à l’assaut des ruines du château de Viroin. Pour le contourner, c’est plus que casse-pipe. Nous traversons Dourbes et remontons une dernière fois sur le plateau pour voir la Roche-a-Lomme. Encore une descente à pic pour traverser les ruines d’une tannerie et regagner Nismes.

2000 12 b nismes

 Pour nous contacter E mail 7    Randonnée Sauvage est sur   Facebook logo 2   et sur  Twitter logo 1

 

 

 

 

×