Découvrez nos marches de 2002

Daverdisse

Pour inaugurer notre quart de siècle, Christine emmène 25 Sauvages (c’est bien normal) de l’église de Daverdisse pour une balade dans la neige dont elle s’est fait la spécialiste. Nous sommes dans les bois sur un parcours très pittoresque. Dans cette région, les chemins forestiers qui s’incurvent au fil de l’eau se dénomment « virées ». Après le pont de Barbouillons, nous franchissons un gué. À Porcheresse, pas de bistrot pour le pique-nique. Nous reprenons la direction de la forêt par des chemins qui nous mènent au café de Gembes. L’Almache, une rivière, nous fait découvrir ses différents ponts : l’Ermite, du Fer et de Fays. Par une rude montée, nous retrouvons Daverdisse… où il n’y a pas non plus de café ouvert !

2002 01 a daverdisse

Cugnon

2002 02 a2 cugnon

Christine raconte…nos Malinois, Paul et Lucien, ont oublié le soleil ! Un villageois apeuré par ce rassemblement de Sauvages, prévient le garde champêtre qui interroge Paul sur ses intentions ! Celles-ci sont bien pacifiques. D’emblée, nous partons à l’abordage de la première montée. Nous descendons vers un des affluents de la Semois par un chemin lui-même transformé en affluent ! Nous poursuivons parmi les ronces, hautes herbes et chablis… Retour à Cugnon pour le pique-nique au « Bon Coin ». L’après-midi, départ d’Herbeumont. Nous croisons et longeons de nombreux affluents de la Semois qui sont de véritables torrents. Après quelques palabres, des irréductibles Sauvages partent à l’assaut du rocher du Chat. Tous seront heureux d’avoir gagné ce point de vue remarquable sur les méandres de la Semois. Nous terminons notre escapade en descendant à travers tout, gués et torrents. À Herbeumont, nous prenons le verre de l’amitié. Merci à Paul et à Lucien pour ce parcours de 27km !

Bourlers, ou les débuts de Mireille comme pilote.

Le 24 mars, Mireille fait ses débuts de pilote et elle nous raconte la journée…
Nous pénétrons très vite dans le bois de la Thiérache et arrivons près de la ferme de la Haute Grange, datant de 1796. À travers un bois de conifères, nous arrivons sur un pont sur l’Eau noire. Tantôt cours d’eau, tantôt rivière, ruisseau, écoulement ou émergence, l’eau est omniprésente sur notre parcours. Après la ferme, au lieu dit « Lisbonne », nous pénétrons en province de Namur. Nous revenons en Hainaut en traversant le bois de la Sormonne. Au café « Nemrod », potages et produits du terroir : trappiste de Chimay et ses fromages. Repus, nous reprenons notre marche. Par un joli sentier étroit, nous arrivons dans le bois de Bourlers. Par de jolis sentiers et gués, nous découvrons, en pleine nature une borne gravée : « 1832 ». Borne de le Principauté ? Après une ligne droite au relief peu accidenté, nous retrouvons notre point de départ. Notre guide fraîchement attitrée nous avait annoncé 20km, trois podomètres affichent 25, 26 et 27km. Mais que la balade fut superbe !

2002 03 g2 chimay boulers
2002 03 e chimay boulers
2002 03 f3 chimay boulers

Virelles

2002 06 c virelles

Mireille nous emmène pour un parcours très varié au départ de Virelles. Les Sauvages marchent par de beaux et humides coupe-feu dans le bois Robert. De temps à autre, nous apercevons l’étang de Virelles. À midi, repas nature, car le seul établissement du coin fait la nique aux pique-niqueurs. Quelques astucieux Sauvages contournent l’obstacle en commandant un spaghetti. La balade s’allonge tandis que le groupe s’effiloche miné à la fois par les éléments (la pluie se déchaîne), le terrain (on parle beaucoup d’une fameuse côte à proximité de Lompret) et la longueur (31km !). En début de balade, Mireille avait distribué aux Sauvages, la carte et une notice explicative sur les sites traversés.

2002 05 bs virelles

Houx

Dominique le pilote du jour raconte la balade. Nous pénétrons dans les bois sur un chemin caillouteux et glissant. Bien vite, le GR fait place à un parcours hasardeux et semé d’embûches ! Après les coquelicots des champs, voici les mille fleurs éclatant au soleil de juin. La réserve naturelle de Marlagne nous offre de très beaux points de vue. L’après-midi, traversée du tunnel de l’ancienne voie Yvoir – Ciney. De très sévères montées nous attendent avant de nous retrouver autour du verre de l’amitié, à l’entrée du château d Poilvache.

2002 06 sepia
2002 06 e spontin

Harzé

2002 09 b

Encore une belle journée ensoleillée ! Christine, notre pilote, est en…sandales ( !). Après  une belle grimpette, nous marchons sur les très beaux sentiers des forêts ardennaises. À Ernonheid, c’est la ducasse et de multiples chemins sont barricadés. En bons Sauvages indisciplinés, nous faisons fi des mises en garde et passons à travers prairies, forêts, gués pour nous retrouver sur un sentier interdit ! Nous rejoignons un GR qui nous mène de Rouge-Minière au petit séminaire de Saint-Roch. De retour à Harzé, nous buvons le verre de l’amitié sur la terrasse du château.
Paul remet à Mathieu, en souvenir des 25 ans de Randonné Sauvage, un piolet rehaussé des gravures de Lucien.

2002 09 b

Jesus-Eik (Notre-Dame-au-Bois)

2002 10 h

Encore une superbe balade. La forêt de Soignes rutile de ses ors et de ses fauves. Le guide excelle à trouver dans cette immense forêt les petites combes herbeuses. Passage à la chapelle Saint-Hert. À Tervueren, nous traversons la kermesse. Après le pique-nique, visite de la très belle église du lieu et passage devant les tombes de Congolais victimes du froid lors d’une exposition universelle ! L’après-midi, le guide nous gratifie  de la vue du magnifique musée de l’Afrique Centrale créé sous Léopold II. De retour à Jesus-Eik, nous prenons le verre de l’amitié.

2002 10 m
2002 10 a1 tervueren

Vencimont : quand Danielle et Alberto nous rejoingnent.

2002 12 a vencimont

Christine, une nouvelle fois, pilote et raconte la balade.
Pour la dernière marche de l’année, la pluie est encore  au rendez-vous, et elle ne nous quittera pas de la journée. À peine partis, nous nous heurtons aux fatidiques panneaux de chasse et nous devons trouver un autre itinéraire. Nous tournons en rond et décidons de changer d’air, et en voiture, nous gagnons Gedinne. Ouf ! Les chasseurs ne squattent pas le bois ! Que nous arpentons tout l’après-midi. D’excellente humeur, nous buvons, à 28, le verre de l’amitié au café « L’Apéro ».

2002 06 c

 Pour nous contacter E mail 7    Randonnée Sauvage est sur   Facebook logo 2   et sur  Twitter logo 1