En 1982, notre quinzième année de randonnées

Notre séjour dans la Forêt de Saint-Michel

20 mai :     De la ferme du Pré Lorquin, notre gîte, nous nous engageons dans une allée forestière. Après le difficile passage du Mepas, le terrain s’abaisse jusqu’à l’Oise. L’élevage de faisans du Franc-Bois nous oblige à des détours par la route. Après une montée, nous arrivons à la maison forestière d’Hirson. Par des chemins défoncés par les tracteurs forestiers, nous arrivons à proximité du château Chamiteau. Le soir, souper au restaurant du Cady-Parc.

1982 05 b1
1982 05 a1
1982 05 c1

21 mai :     Après quelques hésitations, nous trouvons la vallée du Gland. La jolie rivière sera le fil conducteur de la journée. Nous la franchissons dans un site remarquable. Au pique-nique, certains songent à une petite sieste ! Quelques passages de gués nous attendent : pieds nus ou à califourchon, à chacun sa méthode. À la maison forestière de la Fontaine d’Argent…rien à boire. Après une petite route, nous accédons au vallon du Brugnon, et c’est en longeant le Cay-Parc que nous rejoignons notre gîte.

1982 05 d1
1982 05 g1
1982 05 e1

22 mai :     Nous allons en Belgique, c’est tellement près. À la sortie du Chamiteau, on retrouve le Brugnon. Par la haie Sylvie, nous atteignons la douane de Macquenoise. Après le pique-nique, nous suivons un coupe-feu qui marque la frontière. Çà et là, subsistent des chicanes antichars. Nous suivons la route du Milieu, la haie de Gratte-Pierre et la route des Faux pour atteindre le Gland. Retour au gîte par le hameau des Rochettes.

À l’époque, la douane de Macquenoise était encore en activité.
Les photos ci-dessous sont extraites du film
« Rien à déclarer » (sortie en 2010) de Dany Boon, avec Benoît Poelvoorde, Dany Boon, Karin Viard, Julie Bernard, François Damiens.​1982 05 t

1982 05 m

23 mai :     Nous sommes plein d’espoir, le ciel est dégagé, mais la forêt est détrempée. C’est par de larges allées forestières, la Sellière et de l’Étang que nous arrivons au carrefour Hélène. Nous longeons un beau ruisseau et arrivons à la Gueule du Brochet, qui n’a pas volé son nom : le ruisseau c’est approprié le chemin (c’est dans ce cas que l’on parle de « ruisseau de grande randonnée »). Grande douche à midi, pique-nique …dans un dancing au village de la Neuve Forgé ! Retour par un itinéraire archi-connu. À Sainte-Michèle, nous prenons le verre de l’amitié, qui marque la fin de notre séjour dont la pluie ne fut qu’un épisode …permanent !

 Pour nous contacter E mail 7    Randonnée Sauvage est sur   Facebook logo 2   et sur  Twitter logo 1

 

 

 

 

×